• E & A (teaser)

    En guise de teaser d'une campagne que je suis en train de poser par écrit, une petite "nouvelle" :

     

    Lundi 6 avril 2026, cité de Dis, conseil démoniaque.

    « La parole est maintenant au Prince Démon du Sang. »

    Baalberith et la plupart des Princes Démons se tournèrent vers Samigina, pendant que Kronos vérifiait sa montre. Samigina l'opportuniste, qui s'était brillamment reconverti il y a 8 ans suite aux divers événements sanglants qui affligeaient l'humanité. Sa carrière fulgurante, de simple mort-vivant à l'un des Prince Démon les plus influents, en moins d'un millénaire, était fascinante, d'autant qu'elle ne s'arrêterait pas ici. Mais Kronos pensait à autre chose.
    Il observait Damien et son sourire malsain à l'écoute des comptes-rendus macabres de l'ex Prince Démon des Vampires. Quand est-ce que la politique du nouveau Satan avait franchi la ligne ? Depuis son invocation par un sorcier au Tchad ? Était-ce la raison de son acharnement impitoyable sur l'humanité ?
    Guerres, massacres, catastrophes naturelles, haines, affrontements quasi ouverts avec les forces du Bien, un programme désastreux qui avait pourtant séduit les seigneurs de la destruction. Avec à leur tête Biffron.
    Le Prince de la Mort avait surpris tout le monde par sa vision stratégique et ses analyses pertinentes. Là où il y a 25 ans son projet le plus réfléchi aurait été la conception de super zombies, aujourd'hui il planifie les opérations des forces du Mal. Il est devenu le chef des armées infernales, au détriment de Baal, relégué à la gestion logistique. Le Prince Démon de la Guerre avait vu son influence décroître à chaque fois qu'il osait douter des décisions de son fils. Quel gâchis…

    Samigina continuait de fanfaronner en listant les récents succès de ses équipes.

    Kronos jeta un œil à Malphas. Cela faisait longtemps que le Prince de la Discorde avait cessé de dissimuler son écœurement. Que pouvait-il encore faire, depuis la perte de sa crédibilité et de la moitié de ses voix suite au procès qui l'avait déclaré coupable de la guerre civile en Enfer ? Et avec leur principal membre désavoué, les seigneurs de la corruption n'avaient plus les moyens de rectifier la dérive mortifère du nouveau Satan.

    Encore plus de sang, de cadavres, de viols…

    Marie Jolie… le nouveau Prince Démon du Sexe n'avait rien à voir avec l'ancien. Comme s'il avait récupéré tous les pervers de chez Majjûj, en les canalisant avec l'ordre et la discipline appris chez ses anciens patrons, Andromalius et Baal. Industrialisation, automatisation, déshumanisation du sexe. Où est donc la quête esthétique d'Andrealphus ? Où peut-on encore trouver sa libération par le plaisir ?

    La liberté… Depuis les morts de Samaël et d'Andrealphus, il ne restait plus que Furfur pour soutenir la vision primordiale de l'archange de la Lumière à l'origine de la Chute. Mais qui écouterait encore le Prince Démon du Hardcore, ostracisé par le reste de la cour qui le considère comme un rebelle peinant à sortir de sa crise d'adolescence tardive ? Samaël se retournerait dans sa tombe s'il en possédait une.

    « … de ce quatrième charnier. À noter, et vous apprécierez l'ironie, que le principal problème des secours médicaux est le manque de sang pour les transfusions. J'ai également pris soin d'opposer… »

    Kronos balaya la salle du regard. Uphir, rayonnant (de radioactivité) devant ses piles de dossiers de comptes-rendus. Véphar, le regard plongé dans son verre d'eau. La chaise vide de Caym. Asmodée, désapprobateur et manipulant une carte Magic the Gathering™. C'était une carte rare, noire, sortie en 2007, dans l'extension Chaos Planaire.

    Le chaos… alors que nous fonçons vers le néant.

    Asmodée releva la tête, et son regard triste croisa celui de Kronos. Le Prince de l'Éternité affichait un air déterminé : il venait de prendre une décision. Il devait empêcher cette catastrophe. Il devait le prévenir. Et le moins il attendra, le moins ce sera complexe.
    À cause des contraintes qu'il s'imposait depuis l'incident Nog, il n'aurait le droit qu'à un seul aller-retour. Tout ce dont il avait besoin était une date précise et un lieu. C'est alors qu'il se souvint du rapport écrit à l'époque par de jeunes crétins qui n'avaient pas réalisé l'ampleur de ce qu'ils avaient vécu.

    Cela se mettait en place, il savait quoi faire. Dieu n'a pas le monopole des plans.

    Puis Kronos soupira.

    Il lui faudra trouver un autre best seller pour y distiller ses nouvelles prédictions kabbalistiques…


    « [Teaser] Piazza Navona

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :